Lire vos étiquettes de cosmétiques? - 
 
Vous êtes un professionnel, inscrivez-vous ici !
 
boom-1

Audio de la chronique


Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Vous n’arrivez pas à déchiffrer les étiquettes de vos produits cosmétiques ?
Il y a de quoi ‘’en perdre son latin’’ pour bien des consommateurs!

Nomenclature internationale INCI

Le 16 novembre 2006, les lois sur l’étiquetage des cosmétiques ont été modifiées au Canada, obligeant les fabricants à inscrire sur l’emballage de leurs produits la liste complète des ingrédients INCI. Cette liste oblige le fabricant à énumérer tous les ingrédients entrant dans la formulation du produit par ordre décroissant soit du plus grand pourcentage qu’ils occupent dans le produit jusqu’au plus petit et jusqu’à concurrence de 1 %. En bas de 1 % ils sont énumérés aléatoirement.

Cette nomenclature internationale INCI (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients) est pour la plupart des consommateurs très difficile à décoder !

Décoder tous ces termes n’est pas une tâche facile même si vous avez eu de bonnes notes au cours de latin. Environ 10 500 ingrédients lorsqu’on n’est pas biochimiste ou spécialiste dans la fabrication des cosmétiques, on doit se souhaiter bonne chance !

L’INCI se base sur deux langues: le latin pour désigner les plantes et l’anglais pour nommer certaines molécules. Les ingrédients parfumés sont regroupés sous le nom de « Parfum » et les colorants sont désignés, en majorité,  par un Colour Index, qui s’écrit CI, puis un nombre à 5 chiffres.

Il est important d’observer les premiers ingrédients (4 premiers nommés) car ils forment la base du produit et leur quantité confère la qualité du produit.


Les ingrédients à surveiller pouvant être nuisibles

Les parabens :
Ils se reconnaissent facilement puisque leurs noms se finissent par « paraben » (exemple : methylparaben). Ce sont des conservateurs chimiques, dont les effets sur la santé ne sont pas encore clairs. Pour beaucoup de scientifiques, ils seraient allergènes et cancérigènes.

Les phtalates :
Ces molécules, que l’on accuse de favoriser la stérilité masculine et de perturber le développement hormonal féminin, sont fréquentes dans les vernis à ongles, les parfums et certains produits coiffants. Une seule est encore autorisée en Europe : le diethyl phthalate. Préférez les produits avec mention « sans phtalate ».

Les silicones :
Ils servent à rendre les cosmétiques plus faciles à étaler, plus doux, plus brillants… Ils sont reconnus polluants car stables et donc à biodégradabilité très longue (400 ans). On leur reproche aussi d’avoir un effet occlusif, c’est-à-dire d’étouffer la peau et le cuir chevelu. Vous pouvez les repérer par leurs appellations. Ils finissent souvent par « -one », « -cone » ou « -xane » (exemple : phenyl trimethicone, cyclopentasiloxane).

Les PEG ou PPG :
Ce sont des dérivés de pétrochimie et sont fabriqués à partir d’oxyde d’éthylène. Ils ne sont pas autorisés dans les produits bios. On les reconnaît par leurs appellations qui comportent souvent le terme PEG ou PPG, mais aussi par les noms commençant par « Propylène ».

Le SLS (ou ALS) :
C’est un agent lavant souvent utilisé dans les gels douche et les shampoings. Il peut causer certaines allergies ou irritations.

Le méthylisothiazolinone :
Le méthylisothiazolinone est pourtant un fort irritant cutané. On le trouve dans des produits de type shampoings, gels douche, crèmes pour la peau ou encore dans les lingettes bébé. Sur une liste INCI le trouver sous les noms MIT ou Kathon CG.

Les cires et huiles minérales :
Elles sont elles aussi des dérivés de la pétrochimie. Ces composés synthétiques sont également à effet occlusif, en bouchant les pores, et peuvent créer des irritations. Vous pouvez reconnaître la paraffine sous les noms « ISOparaffin » ou « Paraffinum », et les huiles minérales par « Mineral Oils ».


Les mentions et les expressions 

Hypo-allergène : naturels ne veut pas dire sans danger. Certaines huiles essentielles notamment sont responsables d’allergies. On traque la mention « hypoallergénique » quand on sait qu’on a une peau à tendance allergique, mais en aucun cas le bio et le naturel ne signifie « sans allergène ».

L’expression populaire Bio : ne veut pas toujours dire biologique car plusieurs fabricants vont utiliser le mot Bio sans pour autant avoir des ingrédients biologiques dans leur produit. C’est un terme très marketing, mais parfois trompeur ! Le consommateur est de plus en plus informé et s’informe sur la qualité de ses produits.

Et les labels certifiés bio ?
Attention, certains labels ne demandent que 10% d’ingrédients biologiques pour délivrer ou non leur étiquette et la plupart sont payants. Ils ne garantissent donc pas toujours une origine biologique dans un pourcentage important.

Nom et adresse du fabricant
L’étiquette d’un produit cosmétique doit obligatoirement comprendre le non et l’adresse du fabricant, des spécifications relatives au contenu en poids ou en volume, les précautions particulières d’emploi s’il y en a, le numéro et lot de fabrication et la fonction du produit cosmétique.


Les Soins Corporels l’Herbier

Comme entreprise fabricante a choisi le symbole * pour préciser quelles sont les matières premières qui entrent dans la composition de ses produits, qui sont réellement biologiques. Les ingrédients portant la mention *ingrédient de culture écologique ont été soigneusement sélectionnés et proviennent soit de fournisseurs certifiés biologiques, de récoltes sauvages ou de culture sans pesticides ni insecticides.
Les certificats de certification biologique de chacun des producteurs sont alors fournis annuellement au fabricant pour en vérifier l’authenticité.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *